Critiques

« Ce qu’elle fait est vraiment très intéressant et même inspirant »

Yvon Deschamps, humoriste, Québec

 

 « Du théâtre qui donne à voir et à penser, qui déplace le regard du spectacteur vers un angle inattendu... » 

Le Dauphiné Libéré, France, 2014
 
.
« Vouloir préparer le public à cette difficulté qu'on éprouve devant la vieillesse, en y mêlant aussi le rire, jouer ce rôle pleinement et y être "drôlement bien", c'est le ressenti de Dulcinée Langfelder qui oeuvre pour donner un statut aux personnes âgées et en faire des héroïnes grâce au théâtre. » Lire la suite

Dernières Nouvelles d'Alsace
, France, 2014
 
« Si chacun de nous pouvait en imagination transcender ses limites comme Dulcinée joue avec un fauteuil roulant et la vieillesse, nous nous en porterions tous et toutes beaucoup mieux. » 

Guy Corneau, psychanalyste,
Québec, 2009
 
« Victoria est un spectacle rempli d’humour débordant d’une grande beauté poétique, qui porte sur la célébration de la vie même si celle-ci contient, par essence, la finalité de l’existence. »
Le Droit, Ottawa-Gatineau, Canada, 2004

« Il faut voir comme le visage de Victoria passe de la joie enfantine à l’inquiétude; ses yeux perdus dans le vague qui pétillent soudain de bonheur. » Lire la suite

Planète Québec
, Québec, 2004

« Elle est menue, elle peut jouer les clowns comme elle peut toucher jusqu’aux larmes. On l’a déjà comparée à Chaplin. Dulcinée Langfelder occupe une place à part dans le paysage de la danse-théâtre. » Lire la suite

Le Devoir, Montréal, Québec, 2002

« Victoria est un véritable tour de force et une merveilleuse performance d’actrice... Heureuse de t’avoir rencontrée, Victoria. » Lire la suite

Stéphanie Brody, La Presse, Montréal, Québec, 2002

Sénile Swing, Laurent Bourdelas, Radio RCF, France, 2002

Un Maelström d'ombres, Daniel Muller, Dernières Nouvelles d'Alsace, France, 2001

« Spectacle poignant et sensible sur les ravages de l’âge. Il fallait oser, Dulcinée Langfelder l’a fait. » Lire la suite

 Le Dauphiné Libéré, France, 2000

« Ouf! Il est de ces œuvres qu’on reçoit comme un coup: coup de poing, coup de cœur. Bien au-delà de la prouesse, cette artiste complète a pris le pari de montrer avec infiniment de nuances et de
tendresse les ravages du grand âge… L’ultime tableau laisse le souffle littéralement coupé. » Lire la suite
   
Dominique Lachance, Journal de Montréal, Montréal, Québec, 1999

« Un récit à ne pas manquer qui traite de la mort et du fait de mourir avec tendresse, respect et
- incroyable mais vrai - humour comme nul autre que Dulcinée Langfelder sait faire. »
The Gazette, Montréal, Québec, 1999 
 
« Dulcinée Langfelder relève là un défi quasi impossible: porter à la scène un personnage très âgé, atteint d’une maladie dont le seul nom donne froid dans le dos, et rendre ce personnage extrêmement sympathique en écartant toute morbidité, tout sentiment de pitié qui aurait pu créer un malaise chez le spectateur. Son spectacle montre bien qu’aucune situation humaine n’est inaccessible à l’intervention de l’art, pour peu que l’artiste l’approche à partir d’un don de soi. »
Cahiers de théâtre Jeu, France, 1999

« On commence par regarder le personnage de Dulcinée Langfelder, on se retrouve confrontés à Victoria et finalement on partage sa perception… En définitive, si vous aimez la danse ou le théâtre, si vous n’êtes pas réfractaire au mélange des styles et goûtez le plaisir du changement, n’hésitez pas à visiter Victoria, vous passerez probablement en sa compagnie une soirée mémorable. »   
Club Culture (Internet), 1999